Démantèlements de tentes: l’AQPSUD, le RAPSIM, le RÉSEAU et la TOMS s’opposent à ces pratiques répressives

Communiqué de presse

Montréal, le 28 août – L’Association Québécoise pour la promotion de la santé des personnes utilisatrices de drogues (AQPSUD), le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), le RÉSEAU de la communauté Autochtone à Montréal (RÉSEAU) et la Table des organismes communautaires montréalais de lutte contre le sida (TOMS)  joignent leurs voix pour dénoncer les démantèlements de campements en cours à Montréal ainsi que celui annoncé par l’administration Plante du Camping Beauport Notre-Dame prévu le 31 août.

Alors que nous sommes en pleine crise du logement, que la pandémie de COVID-19 est toujours omniprésente et que l’épidémie de surdoses est en recrudescence, il n’y a toujours pas de solutions pérennes adaptées aux besoins des personnes marginalisées. Il est nécessaire que les autorités tolèrent ces installations qui représentent un espace sécuritaire permettant aux personnes de se regrouper et d’assurer la sécurité de tous, particulièrement celle des femmes en situation de grande précarité. Les campements permettent aux personnes qui ne peuvent pas accéder aux ressources d’hébergement régulières ou qui préfèrent ne pas les fréquenter, de trouver une certaine stabilité et de limiter leurs déplacements, comme le préconisent les directives de santé publique.

En effet, les refuges et sites d’hébergement d’urgence ne sont pas nécessairement adaptés aux besoins spécifiques des personnes, présentent de nombreuses contraintes associées et peuvent être le lieu de discriminations, notamment à l’encontre des personnes Autochtones, des personnes trans, des personnes qui consomment des drogues et des travailleuses-eurs du sexe. Les évictions éloignent les personnes de leur communauté, renforçant l’isolement social. Il est indispensable de respecter le choix des personnes concernées.

Le RÉSEAU invite le grand public et les instances publiques à considérer que l’installation de campements temporaires est important pour les communautés autochtones, tant pour des raisons cérémoniales et d’abris, notamment dans le but de ne pas déranger les sols et les alentours. Aussi, ce type d’abris temporaire peut permettre à certains membres de la communauté venu de loin de se sentir chez soi.

De plus, ce moment de pandémie est particulièrement stressant pour les membres des Premières Nations, Inuit et Métis qui ont vécu beaucoup de traumatismes concernant les crises de santé passées et présentes, et la façon dont les gouvernements canadien ou québécois gèrent ces crises. L’intensification des interventions policières associées aux campements ne fait qu’ajouter à ces traumatismes. Le droit de s’abriter est un droit fondamental, surtout en contexte de pandémie ou la principale recommandation est de s’isoler.

Nous nous opposons fermement au démantèlement de tout campement, incluant le camping Beauport Notre-Dame, et nous appuyons les revendications[1] des personnes s’y étant installé.

 Nous nous opposons à toutes formes d’évictions, qui constituent une atteinte aux droits des personnes, accentuent la stigmatisation des personnes les plus marginalisées de notre société et mettent en péril leur santé et leur sécurité.

Nous demandons des solutions pérennes et qui répondent aux besoins des personnes concernées.

Restons solidaires!

Communiqué en anglais

À propos

L’AQPSUD est un organisme provincial, qui selon la philosophie de réduction des méfaits et une optique d’empowerment, permet de regrouper des personnes utilisatrices de drogues qui aspirent à faire la promotion de la santé, la prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang et l’amélioration de leurs conditions de vie.

Le RAPSIM est un regroupement régional d’organismes communautaires en itinérance. Il compte 110 membres.

Le RÉSEAU soutient l’écosystème formé d’individus et de groupes engagés à améliorer la qualité de vie des Inuit, Premières Nations, et Métis dans le grand Montréal.

La TOMS est un regroupement régional d’organismes communautaire en lutte contre le VIH/sida. Elle compte 30 membres.

– 30 –

Renseignements

Annie Savage, Directrice par intérim, RAPSIM, Cell. 438 885-7904, annie.savage@rapsim.org; Marjolaine Pruvost, Coordinatrice, TOMS, Cell. 438 521-8609, coordo@toms-mtl.org; Alexandre Huard, Soutien aux organismes, RÉSEAU, Cell. 438 881-8311, alexandre@reseaumtlnetwork.com


[1] https://journalmetro.com/opinions/tribune-libre/2504566/camping-notre-dame/

Une réflexion au sujet de « Démantèlements de tentes: l’AQPSUD, le RAPSIM, le RÉSEAU et la TOMS s’opposent à ces pratiques répressives »

  1. J\\\’approuve en laissant ma signature, tant au niveau personnel que professionnel.
    Oeuvrant avec la communauté dont il est question depuis plus de 10 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *